La place des femmes dans la science

Il y a 114 ans, Marie Curie, et son conjoint Pierre Curie recevaient leur premier prix nobel, de physique, pour la découverte de la radiothérapie. C’est le premier prix nobel jamais accordé à une femme dans l’histoire. Elle a du certe le partager avec un homme, mais elle garde tout de même le mérite d’être connue comme la première femme savante de renom de l’histoire. En 1911, elle double la mise et reste jusqu’à ce jour la seule femme à avoir remporté deux prix nobel. 150 ans après sa naissance, et ses découvertes, où en est on vis à vis de la place des femmes dans la science ?

Marie Curie, en se promenant sur les champs de bataille en voiture équipée d’un radioscope, durant la première guerre mondiale permet d’analyser les blessures des soldats, et ainsi de mieux les traiter. Cette aventurière, morte pour la science, tuée par sa propre trouvaille, avec son mari Pierre Curie a fortement contribué à l’évolution du statut social des femmes dans la science, mais également dans la société. Les femmes sont douées de raison, au même titre que les hommes. Oui les femmes peuvent penser, travailler, produire, bref, le message envoyé au monde est fort, puissant, et surtout induit. Ensuite, de nombreuses femmes ont contribué à l’évolution de leur statut social. Des grandes figures comme Rosa Parks, qui a même été utiles à deux causes, l’intégration sociale des afro américains, et l’intégration sociale féminine, Simone de Beauvoir en France, et réputée partout dans le monde, mais aussi d’autres moins connues, comme Aïda, artiste française, instigatrice du troisième sexe. Au 21ème siècle, les prix nobels féminins se font de plus en plus nombreux, mais il existe toujours un écart magistral entre les hommes et les femmes dans ces domaines scientifiques. Par exemple, prenons la médaille de fields, équivalent du prix nobel pour les mathématiques.Une seule médaille de fields n’a jamais été distribuée à une femme, en 2004. Les mathématiciennes ne sont elles donc pas à la hauteur ?

Il est évident que non. Toutefois, il existe des raisons qui expliquent cet écart. Le premier est la loi de non-népotisme en vigueur aux états unis d’amérique et dans d’autres pays autour du monde. Cette loi interdit à des proches de travailler ensemble, et donc à un mari et une femme de travailler dans le même laboratoire. Et l’éducation des femmes à la sciences, et le parcours scolaire scientifique féminin est assez récent dans nos sociétés. Une femme voulant s’intéresser à la médecine était alors à l’époque obligée de passer par son mari. A cause de cette loi, elles ne pouvaient pas accéder à des postes à responsabilité, et étaient reléguées en bénévoles, ou encore assistantes, sans perspectives d’évolution. La loi de non-népotisme est créée au 15ème siècle afin d’empêcher les évêques et les curés de placer à des postes important ou à responsabilité leur proches, les dispensant d’un parcours formateur long et pénible. Les états unis, comme la France étant de culture chrétienne, cette tradition a perduré et s’est transmise aux autres domaines de travail.

Les femmes ne sont donc pas bien intégrées, et leur place dans la science laisse à désirer. Des changements doivent alors s’opérer, afin de repenser la reconnaissance qu’on leur accorde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *